femme masturbation clitoris

Tout au long de l’histoire, le clitoris a été entouré de mystère et de malentendus. Diverses institutions doutaient de son existence et condamnaient même le plaisir que cet organe vital pouvait procurer.

Si cet organe longtemps incompris peut prendre d’innombrables formes, tailles et couleurs, il est aujourd’hui admis que le clitoris est le centre du plaisir sexuel des femmes. Cependant, malgré cette attention récente, de nombreuses femmes n’ont toujours pas de connaissances de base sur l’anatomie du clitoris ni sur les innombrables façons de le toucher et de le stimuler pour obtenir un plaisir encore plus profond.

Le clitoris, de l’histoire à la science

Les discussions, sans même parler de glorification, au sujet du clitoris ont été considérées comme taboues pendant des siècles. Un guide pour la chasse aux sorcières (1486), le Malleus Maleficarum, appelait le clitoris la « mamelle du diable ». La découverte de tissu clitoridien sur une femme suffisait à prouver qu’elle était une sorcière. Tout au long des années 1800, les médecins traitaient les femmes souffrant d' »hystérie » en stimulant le clitoris. Et parfois, ils allaient même jusqu’à enlever le clitoris par des clitoridectomies…

Le domaine de la psychothérapie a fait passer le plaisir des femmes pour une pathologie, Freud qualifiant les orgasmes clitoridiens d' »adolescents » et donnant la priorité à l’orgasme vaginal, qui nécessite la présence d’un pénis masculin. Freud est allé jusqu’à dire que les femmes adultes devaient se concentrer « exclusivement sur les rapports vaginaux ou risquer un trouble psychologique ». Pendant longtemps, le domaine de la psychologie a défini le plaisir « convenable » comme étant le rapport vaginal hétérosexuel. Cela a alimenté le mythe selon lequel les femmes qui atteignent l’orgasme par stimulation clitoridienne sont sujettes à la psychose.

Dans son célèbre essai de 1970, The Myth of Vaginal Orgasms, A. Koedt écrit : « On supposait que le vagin était capable de produire un orgasme parallèle, mais plus mature, que le clitoris. De nombreux travaux ont été réalisés pour élaborer cette théorie, mais peu ont été faits pour remettre en question ses hypothèses de base. »

Si la science a depuis parcouru un long chemin pour reconnaître le clitoris pour ce qu’il est vraiment, notre société a encore du mal à le faire valoir et à le mettre en avant.

Le plaisir des femmes, un sujet tabou

La réticence à discuter, ou même à reconnaître, le plaisir féminin est inculquée très tôt. Il est courant que les jeunes garçons plaisantent sur la sexualité et la masturbation dans la cour de récréation. En revanche, on décourage les jeunes filles de parler de plaisir ou de sexe entre elles ou avec les adultes de leur entourage.

De nombreuses femmes font la découverte de leur clitoris à un jeune âge. Elles le frottent accidentellement contre un meuble ou font couler de l’eau dessus dans leur bain. Les filles ont souvent honte de cette exploration et sont obligées de le cacher au monde entier, avec un sentiment de honte qui les suit dans leur vie d’adulte.

Certaines femmes affirment que les questions de tabou et de gêne existent parce que le clitoris a pour seul but le plaisir. Nous sommes bombardés d’images de la sexualité féminine dans la pornographie et la littérature grand public, mais le plaisir des femmes ordinaires est continuellement relégué dans l’ombre. La jouissance sexuelle féminine reste exclusivement dans le domaine de l’interdit.

Ce tabou est à l’origine de l’importance pour les femmes de s’éduquer (et d’éduquer leurs partenaires) sur les zones érogènes de leur corps. En France et dans beaucoup de pays, l’éducation sexuelle fait cruellement défaut en ce qui concerne le plaisir et l’anatomie.

Heureusement, ces dernières décennies ont été marquées par une nouvelle révolution, qui a vu les femmes se réapproprier leur plaisir et prendre en main la connaissance de leur corps. Depuis que j’ai communiqué auprès de mes amies sur le fait que j’ai décidé de devenir modèle webcam, beaucoup d’entre-elles me questionnent sur le plaisir féminin et les demandes des hommes. D’ailleurs, les hommes qui viennent me voir en live viennent bien sûr pour leur plaisir mais un certain nombre me questionne sur ce qu’ils pourraient faire pour donner un orgasme ou même plusieurs orgasmes d’affilés à leur femme. Preuve que le plaisir féminin devient progressivement de moins en moins tabou.

L’anatomie du clitoris en image

Beaucoup de femmes (et d’hommes) pensent que le clitoris est le petit bouton visible au sommet de la vulve. Bien que ce bouton – le gland clitoridien – soit une partie importante du clitoris, il n’est que la partie immergée de l’iceberg.

Le clitoris s’étend en fait dans le corps, et les chercheurs ont découvert des similitudes surprenantes entre le clitoris et le pénis. Tout comme le pénis, le gland du clitoris se gonfle de sang et grossit pendant l’excitation.

Si les organes génitaux masculins et féminins s’engorgent de la même manière, il existe quelques différences essentielles. La première étant que le pénis masculin a plusieurs fonctions biologiques – comme la reproduction et la vidange de la vessie – alors que le clitoris a pour seul but le plaisir.

Une autre différence est la forme. Le clitoris ressemble plus à un fourchette à 2 branches qu’à un pénis, comme le montre ce modèle 3D.

Modèle 3D du clitoris
Modèle 3D du clitoris

La tête s’appelle le gland clitoridien – c’est la partie que les gens confondent souvent avec le clitoris entier. Les parties internes du clitoris comprennent les « piliers » (ou racines) de l’anatomie féminine, qui peuvent atteindre plus de 15 cm à l’intérieur de votre corps, et les bulbes du vestibule. Les bulbes vestibulaires sont deux masses allongées de tissu érectile situées de part et d’autre de l’ouverture vaginale.

Pour de nombreuses femmes, le clitoris est extrêmement sensible. Ce n’est pas surprenant, étant donné qu’il possède 8 000 terminaisons nerveuses. Elles sont responsables d’un grand plaisir, mais peuvent aussi être la source de nombreuses douleurs et irritations.

La partie sensible du clitoris est protégée par un repli de peau appelé capuchon clitoridien. Il n’existe pas de taille « normale » pour les capuchons clitoridiens – leur forme et leur taille peuvent varier considérablement. Et le capuchon affecte-t-il le plaisir sexuel ? Cela peut vraiment varier d’une personne à l’autre. Certaines femmes ont besoin d’une pression supplémentaire, d’autres doivent tirer le capuchon vers l’arrière, et d’autres encore aiment frotter le capuchon et le gland en même temps.

En fin de compte, le fait de comprendre que l’anatomie féminine se présente et réagit de différentes manières peut conduire à un plaisir plus profond.

Le clitoris et l’orgasme

Malgré les tentatives de Freud et du système de pensée général de l’époque de diminuer l’importance du clitoris, les femmes se font entendre pour le défendre.

Une étude publiée dans le Journal of Sex and Marital Therapy donnent les résultats suivants :

  • 37 % des Américaines ont besoin d’une stimulation du clitoris pour avoir un orgasme.
  • Seules 18 % ont déclaré que la pénétration vaginale seule suffisait pour jouir.
  • 66 % d’entre elles ont déclaré préférer être touchées directement sur le clitoris, et ont indiqué que le style de toucher préféré était « de haut en bas » avec une pression moyenne.

Il existe de nombreuses raisons d’explorer ce point de plaisir. La science montre que la stimulation du clitoris peut être une des clés de la santé mentale. Parmi les autres avantages, citons un meilleur sommeil, une diminution du stress et un soulagement des crampes. Votre propre corps est évidement l’expert de la façon dont vous aimez être touchée, mais voici quelques idées pour varier la stimulation de votre clitoris :

  • Toucher les zones érogènes autour du clitoris permet également le stimuler, de le préchauffer, et donc de prendre du plaisir. Essayez de tester de légères pressions sur les piliers (racines).
  • Stimuler le gland du clitoris par des mouvements de haut en bas, d’un côté à l’autre ou circulaire.
  • Appuyez et Tapotez autour du clitoris. Vous pouvez varier la pression, la vitesse et le rythme. Essayez d’appuyer autour et directement sur le gland du clitoris.
  • Massez le clitoris sur un oreiller ou un lit.
  • Pressez votre clitoris en variant le degré de pression. La stimulation interne peut également être un excellent moyen d’explorer la pression clitoridienne. En stimulant le point G ou d’autres parties du vagin, vous pouvez stimuler le clitoris de l’intérieur.

Si vous avez déjà une méthode éprouvée pour atteindre l’orgasme par la stimulation clitoridienne, n’oubliez pas qu’il peut être très amusant d’essayer de nouvelles choses. Cela peut également nous permettre de trouver encore plus de façons d’accéder au plaisir avec notre corps.

Lors d’un rapport sexuel avec un partenaire, vous pouvez essayer de stimuler votre clitoris avec vos doigts ou un vibrateur pendant la pénétration, ou explorer la masturbation à deux. Vous trouverez peut-être que le frottement de votre clitoris contre la jambe de votre partenaire suffit à vous faire atteindre l’orgasme. Ou peut-être préférez-vous une pression sur votre clito pendant que votre partenaire s’exerce au cunnilingus.

Quelle que soit la façon dont vous décidez de l’explorer, n’oubliez pas que le clitoris est plus vaste que ce que l’on peut voir. Partout dans le monde, des femmes se réapproprient le pouvoir du clitoris en développant leurs connaissances et en approfondissant leur plaisir sexuel. A vous de jouer !

(Visited 14 times, 1 visits today)

Categories:

Tags:

Comments are closed

Les articles les plus lus