comment faire fellation

Fellation vient du verbe « fellare » qui signifie « téter » en latin. C’est la gâterie préférée des hommes, à ce qu’ils disent ! Mais bien téter, malgré les apparences, est loin d’être inné… Pour être une bonne téteuse, il y a des petites choses à savoir !

Comme ne pas mettre les dents ! Oui on sait, même en douceur, les dents c’est pas bien. Un conseil : enrobez-les de vos lèvres pour être sûre qu’il n’y ait pas de dérapage intempestif.

Ensuite, et bien les critiques sont nombreuses sur nos prestations orales… Trop mécanique, trop de va-et-vient, pas assez d’imagination, de douceur, de ressenti… bref, c’est pas ça et les bonnes suceuses d’après (toujours) ce qu’ils nous disent, se font rares…

Donc voici enfin un article qui touche aux vraies questions, à savoir comment faire une bonne fellation ? Une bonne pipe autrement dit!

Mais même si c’est différent pour chacun, il y a quand même des points qui reviennent pour beaucoup d’hommes. Voici donc le schéma d’une bonne fellation, inspirée du le livre de Gérard Leleu « L’art de la «  (y’a aussi l’art du cunni dedans).

Ce qui suit n’est donc qu’un EXEMPLE de ce qu’on peut faire, qui peut donner des idées, mais ce n’est pas LA recette pour une bonne fellation car comme vous le savez, il n’y a pas de recette toute faite en amour. Tout dépend d’un trop grand nombre de paramètres subjectifs pour qu’il en existe une un jour.

Voici donc un schéma type, volontairement froid et synthétique, ne désignant qu’une suite d’idées et de techniques. Pas du tout dans l’esprit du livre et de la fellation ! Mais bon, ça permet de lancer des pistes à explorer…

  1. La fellation est la caresse préférée des hommes.
  2. Vous aimez nous voir faire. Le contact visuel est important.
  3. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est bon de caresser les « zones du deuxième cercle » : cuisses, périnée, pubis, bourses.
    Pour ce faire, d’une main, écartez lui les cuisses. Prendre les bourses dans sa main gauche puis « tirer doucement vers la gauche afin de dégager la face interne de la cuisse droite » : grande sensibilité de la peau à cet endroit-là + sillon entre le haut de la cuisse et bourses.
    Ensuite, même chose de l’autre côté.
  4. S’occuper des bourses. Remonter et dégager les bourses en tirant la verge vers le haut (ventre de l’homme). De la main droite, il est possible de tirailler cette peau très élastique (le scrotum) qui englobe les bourses. Pincer, palper, lécher etc. Ne pas oublier la peau entre les bourses et les cuisses.
    Puis « grandes lèches plus larges de la langue sur tout la surface du scrotum ».
  5. Les testicules en elles-mêmes sont très fragiles. Pas de heurts ! Les prendre dans une main, fermement mais doucement, puis les masser avec les doigts, « les faire rouler sous la paume ».
  6. Le périnée. C’est ce qui sépare les bourses de l’anus. Toute cette partie est sensible mais il faut appuyer fort. Le point A et le B permettent de d’améliorer l’érection, le H, de stimuler la prostate de l’extérieur. Les techniques sont compliquées et à part. Dans un autre article plus tard peut-être.
  7. Le pénis ! Histoire de le faire mariner encore un peu, allongez-vous sur lui, face contre face avec l’homme. Sentez-le rouler d’un côté à l’autre de vos hanches. Excitez l’homme au passage avec vos seins, votre bouche, puis redescendez doucement. Faites rouler le pénis sur votre ventre (un peu comme un rouleau à pâtisserie), puis glissez-le entre vos seins, contre un téton, une joue et enfin, contre vos lèvres. Et c’est parti !
  8. Attachez vos cheveux.
  9. Installez-vous confortablement.
  10. Prenez le pénis à la base en faisant un anneau avec le pouce et l’index, ou empoignez-le, toujours par la base. Ça vous permettra de toujours contrôler la situation et les mouvements de monsieur.
  11. Décalottez-le. D’un doigt humide, parcourez le dessus du gland (avec la pulpe du doigt).
  12. Puis baisers, léchettes, etc. Pensez aussi aux bourses que vous pouvez caresser d’un doigt.
  13. Puis la langue et le gland se rencontrent. Léchez-le avec volupté, par petites lapes au début (comme les chats).
  14. Laissez votre langue parcourir le frein, la couronne, de façon légère avec le bout de la langue.
  15. Puis, imaginez-vous devant une glace au parfum de votre choix. Vous y allez franco (et en douceur), de toute la largeur de votre langue, sur le dessus, les côtés, en dessous etc.
  16. Les lèvres entrent à leur tour en action. Baisers appuyés, baisers furtifs, laissez trainez vos lèvres bien humidifiées sur le gland, ce qui lui apportera douceur après le côté râpeux de votre langue.
  17. Puis les dents serrées faites passer le pénis entre les lèvres les gencives, enfouissez le gland dans vos joues, sans ouvrir la bouche.
  18. Puis ouvrez la bouche et là normalement c’est un soulagement d’extase qui doit se lire sur le visage de votre partenaire. Enveloppez le gland de vos lèvres et là, vous pouvez commencer à pomper…
  19. Alterner mouvement de succion simple et mouvement de succion-coulissement.
  20. Commencez doucement le va-et-vient, accélérez doucement. Même chose pour la pression exercée et l’intensité de la succion. Ensuite, il faut moduler en fonction du plaisir de l’homme. Vous pouvez le faire monter vers l’orgasme, le faire redescendre et ainsi de suite.

Il est possible de réunir la bouche et la main pour le branler en même temps. Vous pouvez également tenir les bourses, sans bouger, juste les poser dans la paume de votre main.

Une dernière idée ? passer le gland sur les lèvres comme on met du rouge à lèvres.

Et que dit-il d’autre ? « En réalité, laissez faire votre instinct ». En effet, le plaisir et bien, c’est une histoire de goût. Maintenant pour être sûre donc que vous touchez juste (!), c’est vers votre partenaire qu’il faut se tourner et pas vers les magazines ou internet 😉

(Visited 9 times, 1 visits today)

Categories:

Tags:

Comments are closed

Les articles les plus lus